L’origine du nom de la ferme

Il faut remonter loin dans le passé pour retrouver d’où vient ce nom donné à notre ferme.  A l’époque, la rue dans laquelle la ferme se trouve était une importante voie romaine qui reliait la ville de Liège aux campagnes de Hesbaye et du Limbourg.  Les paysans et petits artisans l’empruntaient pour se rendre à Liège et y vendre leur production sur les marchés. C’est de cette époque que notre rue doit son nom de « Rue de Liège », alors qu’actuellement ce n’est plus une voie principale d’entrée dans la ville.

Sur les terres qui entourent la ferme, se trouvait un arbre remarquable : Un orme, visible de loin en l’absence de construction aux alentours (la légende veut même qu’on le voyait depuis la place Saint Lambert). Cet arbre important servait notamment de limite administrative entre les différents comtés. Il abritait une potale religieuse et d’importantes processions s’y arrêtaient jusqu’en 1926. C’était aussi un point de repère fiable pour les usagers de la route de Liège.

En effet, la ville étant construite le long de la Meuse, dans une vallée, elle n’était pas visible à l’horizon. L’arbre bien ! Il est devenu le point de repère à partir duquel commence la descente vers Liège. D’où son nom « l’arbre de Liège », en wallon « l’åbe di Lîdje ».

Par découlement, la ferme sur laquelle se trouvait l’arbre s’est appelée « la ferme à l’arbre de Liège » (li cinse à l’åbe di lîdje). Ce qui explique aussi l’utilisation de particules « à l’arbre de Liège » et non comme on l’entend souvent « de l’arbre à Liège ».  Ces noms se retrouvent encore aujourd’hui sur les matrices cadastrales.

Cet endroit revêtait une grande importance aussi parce que s’y trouvait un estaminet qui permettait aux chevaux (et certainement aux hommes) de s’abreuver avant d’entamer le reste du voyage ou de décharger leur cargaison (parfois les commerçants de Liège venaient à leur rencontre et le commerce se faisait dans cet estaminet). À cette fin, une dénivellation importante en escalier permettait aux porteurs de recevoir les sacs de marchandises à bonne hauteur et faciliter les manutentions et changement de char. De là vient le deuxième nom de la rue, donné par les flamands à l’époque (parfois embêtant pour les GPS) : Rue Al’Trappe (trap = escalier en flamand).

Soucieux de rester proche de nos racines et de perpétuer le terroir, nous avons naturellement choisi le nom ancestral de la ferme. C’est également pour cette raison que nous avons planté un orme au milieu du parking, un hommage à l’arbre remarquable aujourd’hui disparu !